ZE FOOD

Pourquoi un restaurant de
street food ?

La street food est super importante en Thaïlande. Dès la sortie du métro aérien, lorsqu’on arrive à Bangkok, on est happé par les bonnes odeurs qui émanent des cantines de rues. J’ai voulu mettre à la carte du Naam ces plats que j’ai tant plaisir à déguster dans les rues. Les brochettes sauces satay, les pâtes sautées, les currys provenant d’énormes marmites disposées à même la rue. C’est le côté minute, ultra frais de la cuisine thaïe qui me plait tant.

Qu’est ce qu’un repas thaï ?

En Thaïlande, un repas n’est pas séquencé par une entrée suivie d’un plat de résistance puis d’un dessert. Un repas bien complet est composé de plusieurs plats qui se partagent. Tout est mis sur la table, en même temps, chacun se sert directement selon ses envies et son appétit.

 

Sur la table, on trouve généralement :

Une salade, pour apporter de l’acidité et de la fraicheur. Une soupe, pour s’hydrater et se réchauffer le palais et le ventre. Un plat en sauce, généralement un curry et un plat sauté.

Et enfin du riz banc, dit « parfumé », systématiquement.

 

Si vous comptez partager un repas de chez Naam à plusieurs, je vous recommande de prendre un ou plusieurs plats de chaque catégorie, et de tout partager, à la Thaï. Cela permet d’avoir un véritable équilibre dans les saveurs, et de goûter à tout !

Par exemple, si vous êtes 4, je vous recommande de prendre une salade, une soupe, un plat sauté, un curry et du riz. Vous aurez ainsi un vrai repas à la Thaï, bien balancé entre l’acide, le sucré, le pimenté, la fraicheur et la gourmandise.

La question du piment ?

La Thaïlande est l’un des pays où l’on mange le plus pimenté au monde.

Il existe aussi des plats sans piment du tout. La soupe poulet coco est généralement peu voire pas du tout pimentée. Les pâtes sautées ne le sont pas non plus et le riz sauté est souvent accompagné d’une sauce composée de piments frais hachés, servis à part. Les brochettes de poulet accompagnées de sauce satay sont également non pimentées. Au Naam, j’ai essayé de trouver un équilibre entre la chaleur du piment, indissociable de la cuisine thaïe, et le fait que nos palais soient peu habitués au feu.

Le sucré ?

Dans certains pays, comme la Chine, le Laos, le Vietnam, les desserts sont peu présents. On ne termine pas son repas par du sucré, comme en France ou en Europe. La Thaïlande, néanmoins, de par son histoire, a un goût prononcé pour les sucreries. Elles sont plutôt mangées dans l’après midi, en dehors des repas. Riz gluant à la mangue, petits gâteaux à la noix de coco, flans… on les trouve dans la rue, joliment présentées dans des petites barquettes ou des sachets.

Pour les petits ?

J’ai toujours trouvé dommage que le menu enfant dans les restaurants soit si souvent composé de steak haché, de nuggets de poulet et de pâtes à la tomate. La cuisine thaïlandaise offre pas mal de plats dont raffolent les petits : les petites brochettes grillées, le riz sauté, les pâtes, les fruits, les desserts… Au Naam, je propose un petit menu spécialement destiné aux enfants pour les éveiller aux saveurs thaïlandaises.  Découvrez-le ici.